Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde Aynalem – L’œil du monde
Aynalem – L’œil du monde

Aynalem – L’œil du monde

Exposition

À partir du 4 février 2022Voir l'horaire détaillé

Centre d'art Diane-Dufresne

Gratuit

Discipline artistique - Arts visuels
Public - Grand public
Type d'activité - Exposition
Diffuseur - Centre d’art Diane-Dufresne

Description

L’exposition

La ligne directrice choisie pour la sélection des artistes et des œuvres est intimement liée à la représentation de ce que la féminité noire signifie pour les commissaires Dorothy Mombrun et Hilary Etomo Mba : colorée, diverse, visionnaire et abondante. Aynalem est un prénom qui signifie « l'œil du monde » en amharique, langue éthiopienne. C’est la définition même de l’influence de la femme noire dans la culture populaire actuelle. Cette dernière se veut une femme forte, mais délicate qui sait prendre sa place avec élégance et toujours proche de ses origines. Les artistes présenté(e)s dans le cadre de l’exposition Aynalem - L’oeil du monde utilisent des médiums variés tels que la peinture, la photographie, le textile et la performance pour offrir des perspectives diversifiées qui convergent vers un sujet commun.

Le mot des commissaires

« L’exposition Aynalem - L’oeil du monde est un projet qui nous tenait à cœur et que nous souhaitions réaliser dans la ville qui nous a vu mûrir en tant qu’artistes visuelles : Repentigny. C’est en 2019 que l’idée de créer une galerie d’art qui mettra de l’avant de jeunes artistes noir(e)s nous ais venue. Nous avions constaté alors un manque de représentation de la diversité dans le décor culturel et songions à y remédier en nous impliquant davantage. »

Dorothy Mombrun, faisant notamment partie du comité jeunesse Repen Repensé, s’est vue confiée, par le Centre d’art Diane-Dufresne, le mandat de commissarier une exposition qui souligne les talents de jeunes artistes femmes, non-binaires et noir(e)s en collaboration avec sa partenaire créative de longue date, Hilary Etomo Mba.

LES ARTISTES

Puredomo (Dorothy Mombrun)

Dorothy Mombrun est une directrice artistique, photographe et étudiante en journalisme née à Montréal et résidente de Repentigny depuis 2010. L’artiste d’origine haïtienne aime complimenter ses sujets – très souvent des femmes noires – avec des couleurs vives et des contrastes éclatants d’ombre et de lumière. Cette signature artistique lui vient de long cheminement vers l’acceptation de son identité en tant que femme noire dans son environnement, Dorothy Mombrun croit qu'il est important de représenter la féminité noire d'une manière qui élève son peuple et démystifie les images négatives véhiculées de ceux-ci par les médias.

Puredomo
Puredomo_Crédit Bianca Boswell

 

Hevedence (Hilary Etomo Mba)

Hilary Etomo Mba, plus connue sous le nom d’Hevedence, est une jeune artiste multidisciplinaire montréalaise qui crée des œuvres empreintes de poésie avec des cheveux afros et frisés capturés par des images colorées. La coiffure, pour nombreuses ethnies d’Afrique subsaharienne, représente l’appartenance à un clan ou à une tribu. Chaque coiffure ancestrale est associée à une classe sociale, un statut matrimonial ou un rôle dans la société, entre autres, et permet d’en identifier chaque membre et de se distinguer d’une tribu ou d’un clan à l’autre. Les créations d’Hevedence s’inspirent particulièrement des peuples Bantous, l’un des plus larges groupes linguistiques d’Afrique, s’étendant du Nord du Cameroun à la pointe de l’Afrique du Sud et d’est en ouest de l’Océan Atlantique à l’Océan Indien. De ce groupe linguistique font entre autres partie les Fangs (Gabon, Cameroun, Guinée équatoriale), dont la majeure partie des créations capillaires s’inspirent, en plus de puiser dans l’imaginaire riche de la culture Yoruba (Nigéria, Bénin, Ghana, etc.). En Afrique noire, tresser est un art ancestral et millénaire que chaque ethnie s’est approprié. Hilary Etomo Mba est gabonaise et les tresses africaines font partie de son patrimoine culturel, mais sont aujourd’hui encore très peu reconnues pour leur beauté. Elle veut présenter à tous les pièces d’art que peuvent être les coiffures afro.

Hevedence_Crédit Puredomo
Hevedence_Crédit Puredomo

 

Teenadult (Kezna Dalz)

Kezna Dalz est une artiste multidisciplinaire engagée dans le milieu artistique montréalais depuis plus de 5 ans. Son art est souvent qualifié comme du néo-expressionnisme pop, de par les traits crus et les couleurs vives de ses peintures et de ses illustrations digitales. Les thèmes récurrents abordés dans son œuvre sont le féminisme, la lutte contre le racisme, la culture populaire ainsi que le rapport à la sexualité. Elle aborde des sujets parfois difficiles, en les rendant accessibles à l’aide d’un univers doux aux couleurs pastels et aux traits naïfs.

Teenadult_Crédit gizzoflaw
Teenadult_Crédit gizzoflaw

Queen Esie (Esther Calixte-Béa)

Esther Calixte-Béa est une artiste multidisciplinaire et activiste de la pilosité corporelle née à Longueuil d'origine haïtienne et ivoirienne. Son travail aborde des sujets tels que la beauté, l'identité, l'individualité et la vulnérabilité sous diverses formes qui sont souvent inspirées par sa vie personnelle et sa culture. La pratique artistique d'Esther Calixte-Béa se développe à travers diverses formes d'art telles que la peinture, la photographie, la mode et la poésie. Son travail aborde des sujets tels que l'identité, l'individualité et la vulnérabilité sous diverses formes, qui sont souvent inspirées par sa vie personnelle et sa culture. Par son travail, elle remet en question le manque de diversité dans l'industrie de l'art au Québec. Son travail présente un univers plein de couleurs vibrantes, un espace sûr où chacun peut être soi-même.

Queen-Essie_Crédit Julien Herger
Queen-Essie_Crédit Julien Herger

 

Bliss Mutanda (Mootanda Visuals)

Né en Zambie, Bliss Mutanda est un artiste multidimensionnel et autodidacte basé à Montréal. Son travail explore le mouvement des humains, des objets, de la vie elle-même. En remettant en question le concept du mouvement, l’artiste trouve que celui-ci révèle une maladresse intrinsèque, une authenticité qui fait écho à nos propres vulnérabilités. Sa créativité répond directement à son environnement et son expérience quotidienne. Encadrant souvent des instances qui passent inaperçues, son travail explore un large éventail de documentation, de représentation et de loisirs tout en utilisant la narration comme une langue lui étant propre.

Bliss Mutanda (Mootanda Visuals)_Crédit Puredomo
Bliss Mutanda (Mootanda Visuals)_Crédit Puredomo

Horaire détaillé

4 février au 3 avril

4 au 20 février 2022

Dimanche 10 h à 17 h Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi 13 h à 17 h Samedi 10 h à 17 h

Tous les jours, du 21 au 27 février 2022 10 h à 17 h

28 février au 3 avril

Dimanche 10 h à 17 h Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi 13 h à 17 h Samedi 9 h à 17 h

À proximité